28 août, 2015

Vinci : Catone in Utica

Revue de presse


Leonard Vinci (ca. 1696-1730) : Catone in Utica

Max Emanuel Cencic (Arbace), Franco Fagioli (Cesare), Valer Sabadus (Marzia), Martin Mitterutzner (Fulvio), Vince Yi (Emilia), Juan Sancho (Catone)
Il Pomo D'oro, Riccardo Minasi, dir.

Label : Decca  Référence : 4788194  Code-barres / Barcode : 0028947881940


Voici ressuscité au disque un autre titre du volumineux catalogue d’opéras de Leonardo Vinci. Le producteur-chanteur Max Emanuel Cencic nous a déjà révélé « Artaserse » (Virgin – 2011). Les vedettes masculines sont au rendez-vous à nouveau souligne Sophie Roughol (Diapason # 637 – 07/2015). Trois contreténors (Fagioli, Cencic, Valer Sabadus) et un sopraniste (Vince Li) de même que deux ténors Sancho et Mitterrutzner. Tous ces messieurs sont excellents (surtout Cencic) si l’on fait exception de Vince Li selon madame Roughol. L’accompagnement musical d’Il Pomo D’oro est tout simplement « rutilant ». La réalisation n’obtient toutefois pas de Diapason d’or. L’appréciation se limite à une note de 5.

Chez Classica, on applaudit chaudement à l’arrivée de cet enregistrement de l’opéra de Vinci d’après un livret de Métastase, même si les rôles féminins sont dévolus à des hommes tout comme lors de la création de l’opéra à Rome en 1728. « Tout est superbe dans cet opéra, tant le livret … que la musique bouleversante de Vinci, servie par une équipe de musiciens exceptionnels » proclame Luca Dupont-Spirio en introduction à son analyse. La revue  accorde volontiers un CHOC.

David Vickers se montre également des plus enthousiastes vis-à-vis de cette production de ‘Parnassus Arts’ sous l’habile direction du producteurs Max Emanuel Cencic. Tout en appréciant la qualité des chanteurs réunis ici, il se questionne sur la pertinence de faire assumer les rôles féminins de Marzia (par un contreténor, Valer Sabadus) et d’Émilia (par un sopraniste, Vince Yi). Selon lui des chanteuses d’expérience auraient pu interpréter ces rôles de bien meilleure façon. C’est pure hypothèse évidemment. En conclusion de son article, Vickers souligne que l’ensemble Il Pomo D’oro dirigé par Ricardo Minasi « … caractérise vivement chaque scène d’un élan théâtral. »

Chez BBC Music Magazine (09/2015) on applaudit également la sortie de cet enregistrement : « superb premiere recording ». 

Dans l’ensemble, sur la Toile, les analyses sont généralement élogieuses,  à l’exception de quelques notes discordantes. Albéric Lagier écrit sur le site de Musikzen : « Tous les interprètes, sans exception, rendent avec justesse et subtilités les tensions dramatiques de la partition et du livret, soulignées avec une dynamique parfois extrême, voir bling bling, par l’Ensemble Il Pomo D’oro, dirigé par Riccardo Minasi. » Et il ajoute : « Dommage que ce nouveau bijou n’ait pas été publié en DVD ». Ce commentaire recoupe celui de Brian Robins (affiché sur le site d’Early Music Review) et qui est d’avis lui aussi que Minasi a tendance à exagérer « … le tempo, le rythme et la dynamique ». Au sujet de la longueur de l’enregistrement, il nous rappelle qu’à l’époque de Vinci, le librettiste « … avait préséance sur le compositeur. Dans la première version de son opéra, Vinci a respecté intégralement le texte de Métastase dont Robins nous suggère la lecture… un peu comme un roman. Certains récitatifs sont d’une telle longueur… jusqu’à 8 ou 10 minutes. Mais cela justifie-t-il le prix plutôt « élevé » pour le produit final ? Robins conclue en ces termes :  Voici « … un enregistrement hautement signifiant et important qui projette une lumière rafraîchissante  sur la place de Vinci en tant que compositeur majeur du début du 18ième siècle ». Sa note est de 4.5/5


Chez ResMusica, on retrouve sous la plume de Pierre Degott des réserves similaires à celles de Brian Robins, à savoir que « … le livret … se prête peut-être moins à l’écoute qu’à la lecture ». On questionne également « … le principe qui consiste à faire systématiquement chanter les rôles féminins par un contreténor ». Ce critique attribue une bonne partie du « … succès musical de cette audacieuse entreprise … à l’extraordinaire participation du jeune ensemble Il Pomo D’oro, galvanisé par la baguette ferme, précise et toujours alerte du remarquable Riccardo Minasi ».


Le critique Hugo Papbst, de même que la rédaction de ClassiqueNews ont tout « particulièrement apprécié cet enregistrement », « … une pleine réussite qui s’appuie surtout sur l’engagement vocal et expressif des solistes dans les rôles dessinés avec soin par Vinci et Métastase… ». La production se mérite un CLIC. 

Olivier Rouvière se montre plutôt sévère avec sa note de 2/4 sur le site de L’Avant-Scène Opéra. Un « constat mitigé » selon lui. Lors de la version scénique qui sera proposée, osera-t-on « quelques coupes au sein de ces quatre heures de musique pas toujours inspirée ». Lui également ne peut s’habituer à « … la petite voix aigre du sopraniste Vince Yi » !

Enfin, mentionnons la parution (en anglais) d’une analyse très bien documentée  et très élaborée de la part de Tim Ashley sur le site ClassicalSource.

Sont à venir les appréciations de MusicWeb de même que celle du magazine américain Fanfare.




- Catégorie: Opéras / Operas,


1 commentaire: